Notre équipe continue d'être là pour vous et vos animaux chéris. Nous sommes OUVERTS et sommes maintenant en mesure de fournir une large gamme de services. Pour en savoir plus sur les changements que nous avons mis en œuvre en réponse à la COVID-19 et à quoi vous attendre lors de votre prochaine visite, cliquez ici.

819.822.4744

Une « tac-tique » pour mieux prévenir!

Enfin, le printemps et le beau temps sont arrivés! Nous étions tous impatients! Avec tout le bonheur qu’il entraîne, il apporte également son lot de contraintes, notamment de multiples parasites dont nous préférons éviter.

De ces derniers, nous retrouvons la tique, qui peut être porteuse de plusieurs maladies transmissibles aux humains ainsi qu’à nos compagnons canins. Actuellement, la plus préoccupante est la maladie de Lyme. En effet, nous sommes de plus en plus concernés par sa présence, que l’on retrouve maintenant en milieu urbain.

La problématique est réelle. Les journaux locaux ainsi que des reportages télévisés rapportent des faits et statistiques inquiétants. Comme le mentionne l’article de la Tribune, le nombre de cas de maladie de Lyme rapporté chez les humains en Estrie a doublé depuis un an entre 2014 et 2015. Nous pouvons donc prévoir un taux exponentiel de cas en 2016.

La fautive, la tique du chevreuil (Ixodes scapularis ou encore la tique à pattes noires) est responsable de la transmission de cette maladie. Elle se retrouve dans les boisés et sur les herbes hautes, transportée annuellement par les oiseaux migrateurs qui reviennent du Sud. Dès le retour du temps doux au printemps, affamée, elle s’active à une température de 4°C seulement et arrive même à passer au travers d’une couche de neige de quelques centimètres d’épaisseur. Elle se hisse sur les longs brins d’herbes et attend sagement qu’une proie passe pour s’y accrocher et s’y abreuver de sang. La tique peut être latente pendant quelques jours avant de prendre un repas de sang. C’est durant les premières 24-36 heures surtout qu’elle risque d’injecter la bactérie responsable de la maladie.

La prévention est de mise. Il est important de bien inspecter votre compagnon (et vous-même!) suite à une promenade en forêt, et de retirer le plus rapidement possible les tiques visibles. Il existe certains petits outils pour vous aider au retrait d’une tique (voir le vidéo ci-bas pour une démonstration), ainsi que plusieurs produits vendus en clinique vétérinaire que l’ont peut administrer à votre toutou pour rapidement éliminer les tiques. Il est recommandé de conserver les tiques retirées pour les faire analyser au Laboratoire de Santé Publique pour en connaître l’espèce et voir si elles sont infectées par la bactérie Borrelia burgdorferi, responsable de la maladie de Lyme.

Les symptômes peuvent survenir plusieurs semaines suivant l’exposition à la tique. Les plus fréquents sont : des boiteries soudaines et/ou intermittentes, douleurs, fièvre, appétit diminué ou absent, perte d’énergie, ganglions enflés. Il existe un traitement pour traiter la maladie chez le chien. Des antibiotiques peuvent être prescrits par un vétérinaire pendant plusieurs semaines. Il est à noter que les chats peuvent contracter la bactérie, mais ils n’en développent pas l’infection.

Donc comme le dit si bien l’adage : Mieux vaut prévenir que guérir!

Catégorie:

Blogue

Faire des pieds et des mains pour garder ceux de nos chats, il est temps d’aller de l’avant!

Un sujet aussi chaud que celui des pitbulls, actuellement en clinique, est celui entourant l’onyxectomie ou communément appelé le dégriffage.

En savoir plus
Consulter tous les articles